Publié par Laisser un commentaire

Quelle toile choisir pour mon écran ?

Le choix de votre toile dépendra tout d’abord du niveau de luminosité de votre pièce à vivre. C’est la première indication avant de choisir la toile à mettre dans le salon : considérez que vous allez projeter dans une semi-pénombre car fermer les volets ne suffit pas.

L’autre élément important concerne les reflets potentiels de la lumière du projecteur. Il s’agit bien sûr de lumière réfléchie par l’écran. Si vous souhaitez réduire les reflets lumineux, consultez notre article : Comment éviter les reflets ?

Après avoir aménagé votre salle et réduit les reflets lumineux, il faut faire le point sur les caractéristiques que votre toile doit disposer en fonction de ceux-ci.

  • Vous souhaitez obtenir une toile polyvalente à prix abordable :

Nous vous recommandons la Toile Screenline Diamond extrêmement fine avec un dos noir. Grâce à son extrême élasticité, elle résistera à des températures de 5°C à 45°C. La toile comporte une bordure PVC rigide et peut être facilement pliée et transportée, et une fois montée sur son cadre elle redevient complètement plane en 10 minutes.

Commander un échantillon

  • Vous souhaitez une toile avec une très haute définition d’image :

Nous vous recommandons la Toile Home Vision : En PVC composite blanc de face et noir de dos afin d’être complètement opaque, cette toile extrêmement plate et à la texture fine offre une très haute définition d’image. Elle est idéale pour bloquer toute source de lumière provenant de l’arrière de l’écran. Attention cependant, il ne faut pas l’exposer directement au soleil, qui chaufferait la surface et l’endommagerait.

Commander un échantillon

  • Vous souhaitez une toile qui laisse passer le son pour avoir une restitution sonore optimale :

Nous vous recommandons la Toile Blanche Micro perforée ou Noire Micro perforée : Transonore, elle est idéale lorsque vous devez placer vos enceintes derrière l’écran. La toile est faite d’une fine feuille de PVC microperforée. La micro-perforation est complètement invisible pendant la projection, même avec un petit écran. La taille maximum de cette toile est de 406×228 cm (Diamètre des trous : 0,4 mm). Choisissez-la en noire pour masquer certaines parties de l’écran.

Commander un échantillon

  • Vous souhaitez une toile qui s’adapte à la lumière de votre environnement :

Nous vous recommandons la Toile technique Radiance : Faite de plusieurs couches de PVC, la couche arrière a un revêtement spécial en métal poli, très réfléchissant. Quant à elle, la couche frontale transparente et suffisamment épaisse, ce qui élimine l’effet de paillettes. Cette technologie permet d’avoir une toile adaptée aux projections dans des environnements normalement éclairés. Radiance garantit un haut contraste, même en conditions d’éclairage difficiles. Attention cependant, la toile Radiance ne convient pas aux projecteurs ultra courte focale.

Commander un échantillon

  • Vous souhaitez donner un coté rétro à votre cinéma :

Nous vous recommandons la Toile Coral : Imaginé pour la rétroprojection, le gain est élevé et la luminosité est répartie équitablement sur toute la surface. Grâce à son effet lumineux, c’est une toile idéale pour des environnements relativement éclairés en synergie avec un projecteur puissant. L’angle de vue est supérieur à 90°. Attention, une lumière ambiante pointée directement sur sa surface peut énormément réduire le contraste.

Commander un échantillon

  • Vous souhaitez une toile pliable et étirable autant de fois que possible sans l’abîmer avec un excellent contraste :

Nous vous recommandons la Toile Ambra : Douce et très fine pour la projection rétro, elle peut être pliée et étirée de nombreuses fois sans s’abîmer. Sa forte luminosité donne à l’image un excellent contraste. Sa couleur verdâtre n’altère en rien la projection, au contraire, elle rend la toile moins sensible à la lumière ambiante.

Commander un échantillon

  • Vous souhaitez avoir une toile à plusieurs configurations :

Nous vous recommandons la Toile Dual : Avec son matériau innovant, vous pouvez projeter une image de façon frontale ou rétro, au choix. Sa texture translucide permet de combiner une haute luminosité à un large angle de vision. Cette toile est idéale dans le cas où vous l’utilisez dans différentes configurations, parfois en toile frontale, parfois en toile rétro (un seul côté à la fois).

Commander un échantillon

Faites le choix adapté à votre pièce, à vos besoins et à votre projecteur. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous contacter.

Publié par 2 commentaires

XTZ série 17 : HiFi ou Cinéma ?

XTZ caissons série 17 8.17 10.17 12.17 noir mat

Les caissons de basse de la série 17 (8.17, 10.17 et 12.17) sont les caissons les plus diffusés de la marque suédoise XTZ. La question la plus fréquemment posée est : sont-ils adaptés pour la HiFi ou pour le cinéma ? Et la réponse est : les deux, sans aucun doute.

Ce n’est pas juste un argumentaire marketing. Les caissons de la série 17 ont vraiment été étudiés pour offrir une réelle polyvalence. La clef de cette réussite réside dans les évents en façade. Les deux évents disposent de conduits calculés très précisément pour chaque caisson, et de tampons permettant de les ouvrir ou les fermer selon le besoin d’écoute. Bien entendu, chaque ensemble est défini en fonction du caisson et de son HP, avec le diamètre approprié pour chacun. Par contre, le principe de fonctionnement est le même.

  • Avec les deux évents ouverts, on obtient des basses rapides et un maximum d’impact. La crête en dB se situe autour des 60Hz et couvre une plage plus étendue. On est clairement dans le mode « cinéma ».
  • Avec l’évent droit ouvert et le gauche fermé, la crête se déplace un peu vers les 50Hz et procure des basses plus rondes, plus pleines et avec un impact un peu plus modéré. Ce mode est très satisfaisant pour le cinéma, même s’il réduit un peu la force « explosive » des effets. Il convient aussi à une écoute musicale de type « concert métal ».
  • Avec l’évent gauche ouvert et le droit fermé, la courbe est plus lissée, mais beaucoup plus présente dès les 30Hz. Les basses sont plus contrôlées, plus musicales, on est sorti du mode cinéma qui fait trembler le siège, pour une écoute nettement plus « rock n’roll ».
  • Enfin, avec les deux évents fermés, on obtient des basses très progressives qui se fondent dans l’ensemble musical. Les amateurs de classique, de chansons à texte, de films romantiques, trouveront là le mode adapté à leur style d’écoute.

Cette versatilité d’écoute donne à la série 17 une polyvalence qu’aucune autre série ne peut offrir, et c’est pour cela qu’elle a su trouver un public aussi nombreux et diversifié; et fidèle aussi. Il y a très peu de série 17 sur le marché de l’occasion. Heureusement, ils sont très abordables en neuf.

Publié par Laisser un commentaire

Choisir son caisson en fonction de ses enceintes

Caissons de basse XTZ série 17

Au moment de choisir son caisson de basses, on pense à la taille de sa pièce, aux filtres du préampli, on en oublierait presque de penser aux enceintes… il est aussi important de choisir un caisson qui s’accorde bien avec ses enceintes, c’est même essentiel !

La première chose à regarder est bien sûr la plage de fréquences ; si les enceintes – en particulier les voies Gauche et Droite, qu’elles soient colonnes ou bibliothèques – descendent très bas, inutile de chercher un caisson qui monte très haut. Il faudra de toutes façons trouver la bonne fréquence de coupure pour tirer le meilleur des deux. Bien sûr, le préampli va probablement permettre de couper à 100Hz, ou 80, ou 60… d’un côté, on pourrait dire que ce n’est pas mauvais de « libérer » de la puissance sur les enceintes en laissant jouer le caisson amplifié dès 80 ou 100Hz ; mais d’un autre côté, plus on laisse les enceintes descendre, et meilleur sera le « mix ».

Donc on va regarder l’amplification. S’il y a tout ce qu’il faut pour amplifier les colonnes dans les graves, il ne faut surtout pas s’en priver, et ne pas hésiter à régler la coupure dans les 50-60Hz. Dans ce cas, inutile d’aller chercher un caisson qui monte dans les 160Hz ! Par contre, si l’amplification est limitée, alors il faut jouer à fond sur le caisson, avec une coupure à 100, voire pourquoi pas 120.On choisira donc un caisson qui « chante » volontiers. C’est pour cela que XTZ a créé un nouveau caisson « Spirit » résolument orienté basses profondes pour accompagner ses colonnes Spirit 11 aux graves marquées.

XTZ caisson de basses série Cinema 3x12

Un autre critère important est la « présence », critère plus subjectif mais aussi primordial. La présence est essentiellement un ressenti. Des enceintes plus musicales peuvent avoir une « chaleur » dans les medium graves, s’envoler sur les aigus, et pourtant ne pas avoir une signature « agressive » ; quand on parle du caisson, on va plutôt parler « impact », mais ça veut dire un peu la même chose. Un caisson « puncher » avec un énorme impact ne va pas s’accorder avec des enceintes à la musicalité raffinée, c’est une évidence. C’est pour cela que XTZ a travaillé sur des évents modulables sur sa série 17, permettant d’ajuster la présence du caisson selon l’environnement d’écoute.

Enfin, il faut regarder la « réactivité » des enceintes et du caisson, c’est particulièrement important pour le cinéma. Si les enceintes vont travailler plutôt sur les tweeters pour optimiser la réponse, les caissons doivent « bouger » en synchronisation. Difficile à mesurer de façon objective, cette synchronisation est très sensible à l’oreille, et peut créer un malaise si les éléments ne jouent pas ensemble. XTZ a mis le paquet sur ses enceintes cinéma M6 avec un quadruple tweeter à l’efficacité diabolique. Mais comment concilier longue course pour le « volume » et vitesse de réaction pour le caisson ? XTZ a trouvé la solution en combinant amplification Claridy et HP à membrane Nomex. Avec cela, le 12″ peut encaisser des impacts hors du commun et la série Cinéma avec ses caissons 1×12 et 3×12 constitue une référence en matière de cinéma.

Publié par Laisser un commentaire

Comment éviter les reflets ?

 


L’inconvénient de la lumière, c’est qu’elle réfléchie sur les obstacles. La fonction d’un écran, c’est précisément de renvoyer la lumière vers les spectateurs. Malheureusement, un écran classique renvoie la lumière du projecteur dans toutes les directions. Et c’est à ce moment-là que commence le problème des reflets.

Donc pour éviter les reflets, privilégier la salle la plus assombrie possible et créez vous un espace cinéma dédié. Si vous ne pouvez pas forcément posséder cet espace, voici quelques conseils pour vaincre les reflets :

 

ScreenLine Wave Tensionné avec drop noir

Choisir la position de l’écran : Analyser votre pièce afin de choisir la position de l’écran la plus appropriée. S’il y a un living laqué, l’écran sera certainement mieux devant qu’en face.

Les objets : les objets (vase, miroir, lampe…) font réfléchir la lumière, il faut donc les déplacer, les tourner, les occulter, les couvrir, de sorte à réduire la propagation de la lumière.

Les fenêtres : Couvrez au maximum la lumière entrante en fermant les volets, stores et rideaux… de sorte à ce que aucun reflets n’altère la qualité de votre projection et atteignent vos objets.

Le plafond : Premièrement, éloigner l’image du plafond le plus possible. Attention à ne pas prendre un écran trop large pour couvrir la surface de la pièce au risque que le drop soit trop long et donc pas adapté. Ne supprimez pas le drop. Pensez à prendre les bonnes dimensions pour limiter les dégâts. Si malgré cela le plafond reste un problème, ce sera toujours dans une zone de 50 à 80cm devant l’écran. Vous pouvez toujours installer 4 petits anneaux pour accrocher un vélum noir et fin, un crêpe, une feutrine, un voile… Une fois la séance terminée, vous pouvez toujours les décrocher. Facile et totalement invisible quand il n’y a pas de projection.

Si vous souhaitez profiter d’une projection de qualité et éviter ces petits désagréments, nous vous conseillons de réduire ces reflets de lumières au maximum. Ce sera toujours plus adapté que de réduire la lumière du projecteur ou de prendre une toile grise dont on n’a pas besoin. Enfin, si vous avez toujours un doute après avoir lu cet article, vous pouvez toujours nous contacter.

Publié par Laisser un commentaire

Quel caisson pour quelle pièce ?

Caissons de basse XTZ série 17 noir matTout d’abord, il faut savoir qu’un caisson émet des ondes sonores grâce à la vibration de sa membrane. Par cette vibration, les ondes sonores se propagent dans l’environnement et se répercutent. Moins vous aurez d’obstacles au son, plus il diminuera en intensité sur sa trajectoire.

La bonne mesure de l’efficacité du caisson dans la pièce n’est pas la puissance mais la pression acoustique, qui reflète l’intensité de l’onde sonore. Après, la puissance n’est là que pour « booster » l’onde, lui apporter un supplément de décibels qui doit rester dans des proportions raisonnables pour ne pas déformer l’onde. Enfin, dernier point à garder en mémoire, les basses ne sont pas « directives » du son.

À quelle distance faut-il être du caisson ?

Si par exemple la réponse est 4 mètres, et qu’on souhaite enregistrer des pointes à 110dB (des pointes seulement, autrement ce serait très déraisonnable), il faudra que le caisson fournisse 122dB, ce qui est une valeur très élevée, d’autant que l’ampli du caisson doit pouvoir assurer une bonne tenue sur le spectre le plus large en fréquence (si possible de 20Hz à 120Hz) mais aussi une grande stabilité en puissance (si possible du mini au maxi).

XTZ ne fournit pas les données SPL de ses caissons. La puissance est « suffisante ». En revanche, ce qui est certain, c’est que l’écart entre un 10.17, un 12.17, ou un 1×12, disposant tous d’un ampli de 500w, est assez faible au plan des décibels : 2 à 3 tout au plus.

Dans ce cas, pourquoi alors aller payer le prix du 1×12, si un 10.17 fournit à peine 2dB de moins ? Nous savons à présent que finalement, ce choix n’a pour ainsi dire rien à voir avec le volume de la pièce. Tous ces caissons font un « niveau de bruit » à peu près équivalent, qui est lui même à peu près le même que celui des concurrents. C’est donc bien une affaire de qualité du son et non pas de puissance.

Conclusion : Au moment de choisir son caisson, ce n’est pas le volume de sa pièce qu’il faut regarder, mais bien plutôt ses propres désirs en termes de rendu, de spontanéité, de réactivité, autant de termes qui peuvent paraître très subjectifs, mais on verra dans un autre article que ce n’est pas que subjectif, loin de là.

Publié par Laisser un commentaire

À quoi sert un écran tensionné ?

Le PVC est la matière principale d’un écran : aucune autre matière ne peut donner une meilleure planéité et un meilleur rendu. Le challenge est donc d’en conserver l’avantage sans subir les inconvénients (aucune fibre ni armature) et c’est là qu’intervient la technique de l’écran tensionné.

Comment ça marche ?

Des filins sont accrochés le long de la toile, à droite et à gauche et vont assurer une tension permanente de la toile; mais une tension raisonnable qui ne risque pas d’emmener celle-ci dans sa zone de plasticité. Avec ces filins, plus de risque de vagues, plus de risque de roulement (curling) sur les bords, plus besoin d’une barre de lestage alourdie pour augmenter la tension au risque de faire friser la toile. C’est la solution idéale. Vous l’aurez compris, vous aurez tous les avantages d’une toile résistante et de qualité en choisissant une toile tensionnée. 

La qualité signée Screenline

Screenline a soigneusement étudié le problème. Toutes les toiles PVC ne sont pas identiques, que ce soit l’épaisseur, la souplesse, la pureté… Certaines marques privilégient toujours le prix le plus bas tandis que Screenline a toujours privilégié la qualité. Les toiles Screenline résistent mieux à la tension, sont plus élastiques et durent plus longtemps. Grâce à la qualité de ses toiles, Screenline n’a pas besoin d’alourdir ses barres de lestage et les toiles ne frisent pas au bout de quelques mois. 

L’écran tensionné est la meilleure technologie pour réaliser un écran plat et sans désagréments et Screenline a su parfaitement la maitriser. Alors si vous êtes convaincu, dirigez-vous sans hésiter vers une toile tensionné. Enfin, si vous hésitez toujours dans le choix de votre toile, vous pouvez toujours nous contacter.

Publié par 4 commentaires

À quoi sert une toile Haut Contraste ?

Une toile Haut Contraste dit « Toile technique » a pour ambition d’améliorer le rendu de la toile par opposition aux toiles « neutres » dont l’ambition est de restituer l’image reçue le plus fidèlement possible.

Alors à quoi sert une toile Haut Contraste ?

Comme son nom l’indique, une toile Haut Contraste va améliorer le niveau de contraste perçu en regardant l’image sur l’écran. Techniquement, la toile est traitée pour assurer une meilleure séparation des noirs, c’est ce qui donne cet effet de « relief » à l’imageLe choix d’une toile grise est à faire en fonction du vidéoprojecteur que vous possédez. La toile Haut Contraste s’adresse davantage à des projecteurs de gamme moyenne et basse qui auraient besoin d’avoir un contraste amélioré.

NB : La qualité chromatique d’un projecteur haut de gamme restera supérieure à la configuration « projecteur moyenne gamme + toile technique ».

Pour quel intérieur ?

Si vous possédez un projecteur de gamme moyenne (environ 1 000 €), ces derniers font généralement la synthèse entre luminosité élevée et le contraste élevé. Elles ont le meilleur rapport qualité-prix en salle non dédiée et complète bien la toile technique. Elle peut donc s’avérer utile.

La toile Haut Contraste est le complément naturel des gammes de projecteur « basses – moyennes ». Dans une salle dédiée, c’est une excellente raison de choisir une toile Haut Contraste. Dans une salle non dédiée, il faut trouver le bon compromis luminosité/contraste et gérer l’intensité de la luminosité avec votre projecteur. La toile Haut Contraste répond donc à de nombreux cas de figure.

Attention : La toile Haut Contraste n’est disponible que sur les écrans cadres et les tensionnés.

Si vous hésitez encore sur le choix d’une toile technique, vous pouvez toujours nous contacter.