top of page

Pourquoi Radiance est la meilleure...

Les toiles techniques, dites "ALR" (ambiant light rejecting) sont maintenant devenues courantes, car elles renforcent les contrastes et surtout évacuent les lumières parasites vers l'extérieur. Alors elles ont toutes peu ou prou les mêmes caractéristiques : elles sont grises pour le contraste, et ont un indice de réjection entre 60 et 70% (pourcentage de lumière latérale rejetée). En tous cas, à moins de 50%, oubliez, ça ne vaut pas la peine. Après il y a bien la guerre des gains (attention, pas des gangs, une faute de frappe est si vite arrivée...). Je ne vais pas revenir là dessus, allez vite relire le post correspondant.


Mais il y a quelque chose qu'on oublie souvent de dire (volontairement en ce qui concerne les concurrents de Screenline). Toutes les toiles ALR ne sont pas faites de la même façon. C'est à dire que presque toutes sont des toiles multicouche : un couche de gris pour le contraste, une couche pour la lumière de gauche, une couche pour la lumière de droite, etc. Pas de problème, ça marche. C'est compliqué, c'est cher, mais ça marche. Avec toutefois un petit problème : la lumière qui traverse deux, trois couches, voire plus, dans un sens pour atteindre la couche grise du fond, puis dans l'autre pour renvoyer la "bonne" lumière, eh bien c'est de la lumière perdue. Oui, les petits photons (voir l'article sur la luminosité) se perdent dans les couches et à l'arrivée, la réflexion peut descendre à 50% ou moins. Hélas, la physique (même quantique) a des lois que même un photon ne peut ignorer. Alors du coup, on trafique la toile pour faire du "gain" en faisant croire que c'est bien, alors que le gain, c'est mal (voir l'article correspondant dans ce blog). Mais il faut bien compenser.


Une fois encore, Screenline prouve sa supériorité technique. Ils sont les seuls à avoir réalisé une toile ALR monocouche. Pour réaliser cette prouesse, ils ont incorporé dans le substrat PVC des micro particules métalliques. Ces particules renvoient la lumière latérale dans toutes les directions d'où elle vient tandis que le PVC gris assure la luminosité dans l'axe et le contraste élevé. Le résultat est parlant : indice de réjection de 68%, et indice de réflexion de 59%. Grâce à cette technologie unique, Radiance est plus lumineuse, n'a pas besoin de gain élevé donc assure une image plus homogène, et surtout, elle est beaucoup moins chère. Elle peut même être microperforée sans risquer des déformations ou des irisations. C'est pour cela que Radiance ne cesse de gagner des parts de marché. Elle est tout simplement meilleure.

118 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Une toile bien plane.

Il y a quelques petites choses qui peuvent faire la différence entre un bon écran et un mauvais écran. Mais ce qu'on attend en tout premier, c'est une surface parfaitement plane, sinon, à quoi bon ach

A quoi servent les bords noirs ?

Vous le constatez, les écran de cinéma sont toujours proposés avec un cadrage noir. Est-ce que ça sert vraiment à autre chose qu'à faire joli ? Comme toujours, il faut faire un peu de science pour don

Quelle puissance pour le projecteur ?

Quelle puissance lumineuse faut-il pour mon projecteur ? C'est la première question que se pose tout nouvel amateur de Home-Cinéma. Pour apporter une réponse intelligente, il faut faire un peu de phys

コメント


bottom of page